The end

  

On va clôturer ce blog aujourd’hui mais avec cette fois, chacune un dernier petit mot :

Odie :  » Après 20h de voiture nous sommes enfin rentrées. Je pensais que ces longues heures seraient les plus difficiles mais le plus dur aujourd’hui c’est de se reconnecter avec la réalité, retrouver cette solitude et se refaire avec ce quotidien qui n’était plus le nôtre.

J’aurais voulu dégonfler mon sleep’in bed ce matin, replier ma tente, recharger mon vélo et repartir vers une nouvelle aventure parce que chaque jour en était une. On a retrouvé notre confort : un bon lit et une vraie salle de bain mais ça ne fait pas tout.

La conclusion que je ferais c’est que cette expérience était incroyable et que c’est à faire au moins une fois dans sa vie : partir à l’aventure (que ce soit à vélo, à pied, en roller ou même en chariotte) et ne pas savoir de quoi sera fait son lendemain. On aura parcouru et découvert de nombreux pays par lesquels je ne serais certainement jamais passée. On aura aussi fait de jolies rencontres, je pense avant tout à Jenny, Sarah et Ariane mais aussi à l’anglais, à la maman et son fils, le couple avec la sciatique, le couple de guides alpins, Richard Delacroix et tant d’autres.. En tout cas, je ne pensais franchement pas être capable de faire autant de kilomètres à vélo, plusieurs fois j’ai cru que j’allais abandonner mes cuisses sur le bas côtés mais elles ont fini par s’habituer et m’amener jusqu’à Budapest. Bravo à elles ! 😉

Je voulais tous vous remercier de nous avoir suivies tout au long de notre parcours, c’était cool de lire tous vos commentaires. Je crois que je me dois aussi de remercier les deux investigatrices (Lili et Camille) de ce périple. Merci à vous les filles de nous avoir embarquées là dedans !  Je sais que « le fond du car qui craque » va vous manquer hahaha 🙂 « .

Aurore :  » une incroyable aventure qui s’est terminée pour moi il y a déjà plusieurs jours, mais qui restera gravée à jamais !! Ça a été difficile d’arrêter si près du but et de vous quitter, il n’y a qu’à voir mes larmes à la gare ! Lol.

Je retiens de ce périple tellement de choses : les très beaux paysages le long du Rhin (et nos baignades), la visite de l’abbaye de Melk, la vue de Vienne de nuit à plus de 90m de haut, nos différentes rencontres (Jenny, Laska, le guide alpin « on a vu 4 filles qui avançaient lentement, on s’est dit que c’était nos jeunes enseignantes », l’anglais) … et notre petite pause imprévue à Donauworth bien sûr 😉
Se lever tous les matins, ranger ses affaires, démonter la tente et prendre la route à vélo sans vraiment savoir comment se passera la journée, et 1160 km pour ma part. Jamais je n’aurais pensé être capable d’une telle chose et pourtant !

Bien sûr cette aventure n’aurait pas été la même sans la bonne humeur et la folie d’Odie qui met de l’ambiance à tout moment, et sans Lili et Camille nos deux expertes qui ont battu leur record, un grand merci à vous 3 pour cette aventure.

À quand la prochaine aventure !?!

Lili : Encore une belle aventure qui se termine. Des milliers de kilomètres au compteur et des souvenirs pleins la tête pour qu’on puisse tenir jusqu’au prochain voyage…

C’est avec un gros pincement au cœur que j’écris ces derniers mots…

Avec Camille nous avons commencé ces voyages à deux mais l’aventure était tellement belle qu’on avait envie de la faire partager. Alors l’année dernière nous avons été trois, et cette année quatre… Combien serons-nous l’année prochaine ?! (avis aux amateurs, mais attention après ce n’est plus un minibus qu’il nous faudra pour rentrer mais un car !)

Je suis contente d’avoir partagée cette aventure avec Odie et Aurore cette année et je les remercie de nous avoir fait confiance et d’avoir eu le courage de nous suivre (et de nous supporter) sur autant de kilomètres. Je crois qu’on a réussi à leur transmettre le virus !

Et quel virus ! Je l’ai attrapé il y a trois ans maintenant et je crois que le seul remède est de partir encore et encore, toujours plus loin, vers de nouveaux paysages, vers de nouvelles rencontres (merci à Laska, Jenny, Sarah, Ariane et tous ceux qui ont croisé notre route et l’ont rendue encore plus belle…).

Je ne saurais  dire pourquoi on le fait parce qu’il y a à la fois mille raisons et peut être qu’au fond il n’y en a aucune.

Mais je n’ai plus envie de m’arrêter !!!

Merci à tous de nous avoir suivie. C’était la première fois que nous tenions un blog et c’était vraiment chouette de pouvoir partager cette aventure avec vous. Merci à Odie qui a fait de magnifiques photos et de supers articles !

Camille: Odie m’a demandé d’écrire un commentaire. Trois fois. J’ai rechigné à la tâche… Je crois que c’est parce que je n’avais pas trop de mots pour décrire ce voyage et ce que j’ai ressenti. Peut-être une envie un peu égoïste de garder tout cela pour moi.

Ce fut un voyage magnifique qui nous a rempli les yeux et le cœur. Une bouffée d’oxygène. On ne sait pas toujours pourquoi on part, on sait pourquoi on continue. C’était comme si je me mettais à revivre, après tous ces mois de travail acharné pour d’autres. Un mois pour moi en quelque sorte. J’ai fait le plein d’amis, de paysages, de rencontres. Je me suis recentrée sur l’essentiel : finalement on a besoin de peu de choses!

Le retour est dur : pourquoi arrêter ?

Certaines étapes furent difficiles mais à vélo tout est plus simple : il suffit d’avancer ! 1 km après l’autre parfois, quand cela monte beaucoup mais au final, on savoure chaque minute. La journée s’étire devant nous comme le ruban de l’asphalte…

C’est le temps de l’instant. Au mieux de la journée. Quand la première préoccupation est de trouver de quoi manger, et la seconde un endroit où dormir, les heures sont différentes. Plus présentes.

Et puis il y a l’inconnu, le hasard, la chance ou le destin, dirait Jenny. Toutes ces rencontres, ces paysages incroyables…

J’en redemande.

Alors rendez-vous l’an prochain, que ce soit en Irlande, en Norvège, en Italie, … Peu importe la destination, ce qui compte, c’est de partir en bonne compagnie ! … Ou de la trouver !

Alors merci de nous avoir suivies. Cela nous a mis du baume au cœur dans les moments difficiles et donné le sourire dans tous les autres. Est-ce qu’on vous a transmis le virus ? 😊

Par défaut

« Peu importe la destination ce qui compte ce sont les rencontres »

Good bye Sarah et surtout bonne route ! On t’a rencontré un peu tard mais on aura passé de très bons moments en ta compagnie. On continuera à te suivre sur ton blog Fb: Sarah sur l’Eurovélo 6  
Un petit mot pour Ariane qui devrait bientôt te retrouver une fois qu’elle aura fini sa bucket list : merci pour ces fous rires et cet accent inimitable. See you à Monaco !

 

 Jenny, notre compagnon de route ! Tu nous manque déjà.. On se retrouve très vite peu importe le lieu, peu importe l’endroit. 

  
 

Par défaut

Budapest

Il y a un peu de monde au camping… 

  
 
Petite baignade dans les thermes Gellert.

  
    
 
   
 
   
    
    
   
   
Retour en chariotte

   
Dégustation de spécialités

   
 

Par défaut

Budapest

 On continue de visiter la ville et d’abuser des spécialités locales. Tout se passe très bien, le wifi est peu présent d’où le manque de nouvelles.

 
  
  
  
   
    

Le parlement hongrois  

  
    
   
 
L’intérieur du parlement 
   
    
    
   
   
    
    
 
   
 

Par défaut